Masclat home 1. Chronique historique 2. La Seignurie 3. Les de Vervaix 4. Le Taillable 5. Biens Nobles 6. Le Fournel 7. Le Livre des Reconnaissances Féodale de 1764 8. Autres Seigneurs de Masclat - XVIIIè siècle 9. Jugement de Saisie et Vente aux Encheres 10. L'Eglise 11. Divers 12. Quelques Actes 13. Addenda

MASCLAT EN QUERCY

Addenda

(1)  Quelques Actes Notre érudit confrère, Mr le Comte d'Alauzier a bien voulu nous communiquer les notes suivantes :

(2)   Cardaillac :
    Par testament du 8 Mai 1266 (probablement 1267 ns.) Bertrand de Cardaillac laissa Masclat à sa femme Almays (ou Almodis ou Almueis) puis après la mort deb celleci, à son fils Bertrand qui reçoit Bioule, St Cirq (La Popie) etc... (Arch. Du Lot, fonds Cardaillac-Bioule, copie de 1676 – 3J).
    Le 20 Février 1299 (ns) Bertrand de Cardaillac (Bioule) achète des cens et une partie du mas de (Tirentel ou Carencel ?). L'acte est passé à Masclacum (Arch. Du Tarn-et-Garonne 21 – 5l).
    Bertrand de Cardaillac, fils de feu Bertrand, testa le 20 Juin 1336, son frère Guillaume (donc Bioule), évêque de Montauban, avait Masclat que son père lui avait laissé (nous avons là le père de l'évêque..)(Cabinet d'Hozier No 77 D 2002 fo 55). Soulignons le fait que les Cardaillac-Thémines n'ont aucun rapport connu avec les Bioule, sauf le fait d'être comme eux coseigneurs de Cardaillac.

(3)   Ychier de Concorès :
    Le 13 Décembre 1342, Ychier de Concorès, pour lui et sa femme Marguerite, reconnait avoir reçu 350 livres du tuteur de Déodat d'Aynac. Cette Marguerite devait être une d'Aynac (Si l'on croit les manusrits Montal – Con du Docteur Cadieurges cf. Mr d'Alauzier).

-----------------

(4)   Conséquences du Traité de Brétigny (1360) :
    Début Janvier 1362 – Procès-verbal de délivrance à Jean Chandos, comissaire du Roi d'Angleterre, des places françaises abandonnées par le Traité de Brétigny... adict qu'à Gourdon, début Janvier 1362, Chandos fit évaquer Fénelon - Masclat – La Mothe et Costeraste pâr Benext > rtucat d'Albret et R. Duchel (pour Costeraste). Ces places furent remises au Sénéchal du Périgord pour les rendre à leurs possesseurs (Bardonnet).

>> Accueil

Valid HTML 4.01 Transitional