Accueil 1. Chronique historique 2. La Seignurie title="" 3. Les de Vervaix 4. Le Taillable 5. Biens Nobles 6. Le Fournel 7. Le Livre des Reconnaissances Féodale de 1764 8. Autres Seigneurs de Masclat - XVIIIè siècle 9. Jugement de Saisie et Vente aux Encheres 10. L'Eglise 11. Divers 12. Quelques Actes 13. Addenda

Originalement publié et distribué par la Mairie de Masclat

MASCLAT EN QUERCY

Chronique historique

(1)  Située presque à la limite des départements de la Dordogne et du Lot, et au Nord-Ouest de ce dernier, Masclat, petite commune du canton de Payrac (arrondissement de Gourdon (Lot)), a derrière elle un long passé d'histoire. Si l'on considère l'entendue de son territoire, il est très ramifié et cette commune s'étire au long de plusieurs routes qui permettent de se rendre en plusieurs lieux : Gourdon, Lamothe-Fénelon, Saint-Julien-de-Lampon, Mareuil, Souillac, Fajoles, Milhac, Caminel, etc... Sa population, au début du XIXè siècle, s'élevait à 643 habitants (Métrologie du Lot 1807), de nos jours, elle ne compte plus que 373 âmes, n'ayant pas échappé, comme beaucoup d'autres communes, à l'exode inexorable qui frappe nos compagnes (recensement de 1962).

(2)  Sur le plan archéologique, Masclat possède une église et un château situés l'une près de l'autre; nous étudierons ces deux édifices au cours de notre travail. Quant à la recherche historique, nous aurons recours, pour la mener à bien, à différentes sources et aux documents qui sont venus en notre possession. Voici donc : Masclat -en-Quercy.

------

(3)  En 1300 déjà,  le samedi après l'octave de Toussaint, Hugues de Massaut, damoiseau de La Mothe, avant de partir pour la Croisade, avait fait les legs à plusieurs églises, dont celle de Masclat. Il prescrivait que 50 sols en pain ou en deniers soient distribués à 50 pauvres de Masclat ou des paroisses voisine (Arch. du Pouget à la Fonthaute D 2-1. Cette Croisade n'eut pas lieu).

(4)  La paroisse de Masclat est citée en 1309  lorsque l'évêque de Cahors, Raymond Pauchelli, donna des statuts au Chapitre régulier du Vigan dont il prit lui-même le titre d'abbé ; il confirma ce chaptre dans la possession des églises de Gourdon, Fajoles, Masclat, etc... (G. Lacoste. Hist du Quercy, p.374 (Anc édit)).

(5)  En 1311, cette paroisse avait pour prieur-curé, Pierre d'Eng??? d'une importante famille de Gourdon, qui résignait pour avoir une prébende Cahédrale. Il eut pour successeur Guillaume Ronciard qui, en 1316, était chanoine de Chartres et avit une grâce expectative de dignité en cette église. Ils avaient été tous deux en difficulté sous Clément V (Ed. Albe, Ms. Cahors).

(6)  En1475, Pierre Carrayrou était recteur de Masclat (Ed. Albe, Ms. Cahors).

(7)  En Mars 1528, Jean Galtier,  recteur, résignait en faveur du clerc Antoine Gaultier en se réservant la moitié des revenus (Ed. Albe, Ms. Cahors).

(8)  En 1631, Me J. Mourges est recteur et il dû vivre jusqu'à un age avancé puisque nous le retrouvons menionné dans un acte de la paroisse de Lamothe-Massaut (Lamothe-Fénelon de nos jours), en 1689,  sous le prénom de Jacob (Etat-civil de la paroisse de Lamothe-Massault). Dans une supplique non datée, mais qui se place entre 1648 et 1689, ce personnage demandait à l'évêque d'excomminier un de ses paroissiens pour n'avoir ps accompli son devoir pascal... (Communication du chanoine Foissac dans bull. S.E. Lot 1932, p. 194).

(9)  Quelques autres recteurs ou curés : en 1653, Me Guillaume Laborie, en 1714, Me Jen-Pierre Lablanque, en 1760, Me Jacques Puniet de Labrugue (que nous retrouvons encore en la cure de Masclat en 1788, en 1793, Antoine Chaunet, titulaire, prêtre consitutionelles.

(10)  Relevons encore qu'en 1645 , le recteur de Masclat était Me Jean Mayzonhaute (Taillable de Masclat 1645 et archives personelles). Le 15 Mai 1648 il était prié à passer outre au sacrement de mariage de deux de ses paroissiens, qui déclaraient vouloir "canceller" (annuler) leur contrat de mariage et voulaientle considérer comme nul et non avenu... (Archives personelles).

(11)  Jean Mayzonhaute possédait à Masclat deux maisons et un jardin près de l'église et nous voyons encore de nos jours ces deux maisons accolées en mitoyenneté et l'une d'elles, avec le jardin, était encore il y a quelques dizaines d'années le presbytère de la paroisse de Masclat (Taillable en 1645. Cet ancien presbytère a été vendu par la commune de Masclat (1967).

(12)  En 1689, Me Guillaume Demange (ou Demanse) était curé de Masclat, Il vivait encore en 1700.

(13)  En 1741, Me Jean Luguan, prêtre et vicaire de Masclat lequel en cette année-là faisait son testament.

(14)  Enfin, en 1859, nous verrons agir comme enchèrisseur, à la vente du château de Masclat, Me Laurent Manié, curé de ce lieu (Archives château de Masclat - non classées).

(15)  La paroisse de Masclat est placée sous le vocable de St-Hilaire, pape de 461 à 468, lequel présida le concile de Rome en Novembre 465 (fête le 10 septembre) (Dictionnaire des Conciles). L'église est citée en 1083, 1143,1183 sous ce nom de St-Hilaire (Papiers R. Champou).

(16)  Nous avons vu que le chapitre du Vigan était en possession de l'église de Masclat; nous verrons cette possession se maintenir pendant plusieurs siècles, ainsi le Juin 1646 où ces « Messieurs du Chapitre du Vigan » affermaient à plusieurs tenanciers de Masclat et à un de Sales, la moitié des blés décimaux leur appartenant, également le 9 Avril 1702 où il est rappelé dans un acte notarié qu'ils affermaient les blés, orges, siegles, etc... à deux autres tenanciers du même lieu, Pierre Pouget, maçon, et Antoine Ramet dit « jardinier ». Le montant de cette afferme était de 47 cartons 1 punière ½ froment, 93 cartons ½ seigle, 23 cartons 2 coupes orge, 23 cartons 4 sallières ½ avoine (Archives personnelles).

(17)  On peut, sans crainte de se tromper, dire que la possession de Masclat fut aux chanoines jusqu'à la Révolution française.

(18)  Notons encore que le 30 Mars 1497, dans son testament, Jean de Salignac léguait et fondait des obits dans diverses églises et entre autres à celle de Masclat, ainsi qu'au prieurie de Caminel (Papiers Chamou, cf. : P.O. Vol. 2612 - Salignac N° 72 à 82 et dossiers bleus 596 f°11 et Arch. Nles MM 7391).

>> La Seignurie

Valid HTML 4.01 Transitional