LE FOURNEL - l`histoire

Voir aussi les photos Pigeonnier1 Pigeonnier2 Source Fenêtre Puits Four

     D'après Mr LALANDE, dans les reconnaissances féodales de 1764, un de ses ancêtres, Antoine LALANDE, bourgeois "des Fournels", déclarait tenir en partage et seigneurie directe des biens dont le rélevé parcellaire totalisait 22 lots. Les LALANDE étaient notamment coseigneur de MONCALOU.
     Antoine LALANDE était né à MONCALOU en 1720, commune de FLORIMONT GAUNIER (24) et il décéda au FOURNEL le 5 Avril 1770 laissant un fils dont la descendance est venue jusqu'à nous.
     C'est en 1873 que François PEZET et sa "Parétou" (Perette VIROL) achetaient le foyer LALANDE. Seuls témoins aujourd'hui de la période LALANDE: une plaque de foyer et une paire de gros chenets disposés dans le cantou.
plaque
     L'intérêt de la plaque, bien qu'usagé mais toujours en service, porte sur la décoration de celle-ci. En son milieu s'élève un arbre, racines apparentes avec de nombreuses branches couvertes de pommes de pin. Sur la droite, un serpent lové redresse la tête vers les frondaisons. A gauche un glaive, lame orientée vers le haut. Entre la glaive et le tronc de l`arbre, s'inscrit un M très apparent, qui selon la tradition orale, signifierait MONCALOU.
     Il est aussi évoqué l'existence d'une salle de classe (pièce aujourd'hui disparue) mais dont on distingue sur le mur extérieur (côté est) l'ancien passage, aujest) l'ancien passage, aujourd'hui muré, qui à l'époque desservait cette salle.
     Autre source d'intérêt, l'existence d'un puits circulaire, profond de 16 m, qui a la particularité de s'évaser à la base créant ainsi un rebord à sec faisant penser à un chemin de ronde (élements communiqué par Mr RUARD Jean Norbert, aujourd'hui décédé). A la surface, la margelle est carrée. Sur deux côté la pierre est creusée afin d'y enchasser de gros pieux fourchus, assurant le maintient de la poulie sur son support.
puits
     Je ne pourrais en terminer sans évoquer la mémoire des LALANDE et notamment celle de Guillaume LALANDE MONCALOU, Grognard de l'Empire dont les états de service lui valurent d,accompagner Napoléon à l'Ile d'Elbe. Il séjourna pour la dernière fois au Fournel en Avril 1815 où il avait une aimable cousine du même nom. Il décéda au soir du 18 Juin 1815 à Waterloo, abattu par la mitraille. C'était les Cent Jours (extrait d'une trag&urs (extrait d'une tragédie en 3 actes de Gilbert Lalande XII 1955 - Collection personnelle).